Les Saints Clous : Mystères et Reliques de la Crucifixion.-RELICS

Les Saints Clous : Mystères et Reliques de la Crucifixion.

À la découverte des Saints Clous : Mystères et Reliques de la Crucifixion

On connaît l'histoire du saint suaire de Turin qui porterait l’image du Christ et qui a longtemps alimenté la controverse, ou la couronne d’épine qui fut acquise par Saint-Louis et se trouve encore dans le trésor de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Mais voilà, les reliques de la passion, qui sont en fait les différents objets qui ont servi à la crucifixion du Christ, sont plus nombreuses. On compte parmi elles les morceaux de la croix, la sainte lance qui aurait percé le flanc du plus célèbre des condamnés, la sainte éponge avec laquelle il aurait été lavé, mais aussi… les clous avec lesquels il fut fixé sur la croix !

 

relique saint clou

Cadre reliquaire du Saint Clou - Relics.es

 

Selon l’ouvrage de Mgr du Saussay, 88ème évêque de Toul au XVIIème siècle : "l’un des clous servit à fabriquer le mors du cheval de Constantin. C’est le saint-mors, qui est aujourd’hui à Carpentras. Un second, qui était sur le casque de Constantin pour le protéger, serait aujourd’hui à l’église de la Sainte-Croix de Jérusalem à Rome. Quant au troisième, il aurait été jeté à la mer par Sainte Hélène dans l’Adriatique alors qu’elle affrontait une tempête, pour calmer les éléments. Celui-ci serait remonté à la surface. Elle l’aurait ensuite donné à la ville de Trêves, ville où elle a vécu." Selon d'autres thèses, un clou aurait été fondu en plusieurs petits, et l'un d'eux serait visible à Monza en Italie (à côté de Milan), contrée où la dévotion pour ce type de reliques est plus fréquente.

 

Entre 326 et 328, Sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, s'est rendue en Terre Sainte pour rechercher des sites et des reliques associés à la vie, la mort et la résurrection de Jésus. La croix, les clous, la tunique du Christ et une corde utilisée pour l'attacher à la croix ont été retrouvés. La question de savoir si tout cela était authentique ou non est une autre question, mais toute considération de ces reliques commence avec Helena. En d'autres termes, nous ne sommes peut-être pas en mesure de prouver qu'il s'agit de reliques du Christ, mais nous pouvons certainement nous approcher de la preuve qu'il s'agit des reliques retrouvées par Sainte Hélène.


Lors de l'évaluation des reliques des Saints-Clous, un élément de preuve archéologique fournit des données utiles. En 1968, trois tombes ont été mises à jour dans une zone appelée Givʿat ha-Mivtar (ou Ras el-Masaref). Fouillée par V. Tzaferis, du Département israélien des Antiquités et des Musées, la Tombe I comprenait un ossuaire pour un jeune homme nommé Yehohanan ben ḤGQWL (Yehoḥanan fils de Hagkol). À l'intérieur se trouvaient les ossements d'un homme adulte, âgé de 24 à 28 ans, et d'un enfant. Les tibias et les fibules de l'adulte avaient été intentionnellement brisés, et les deux calcanei (os du talon) étaient percés par un clou qui était toujours en place. Après l'examen médico-légal des restes, Tzaferis a déclaré qu'il s'agissait "sans aucun doute d'un cas de crucifixion". Sur la base d'autres preuves, il a émis l'hypothèse qu'il s'agissait soit d'un rebelle exécuté pendant la révolte du recensement de l'an 7 de notre ère, soit d'une autre crucifixion du premier siècle.

 

clou crucifixion



Le Dr N. Haas, du département d'anatomie de l'Université hébraïque et de l'école de médecine Hadassah, a conclu que le clou avait été enfoncé à travers une petite plaque de bois d'acacia ou de pistacia, puis à travers les talons, à travers le montant de la croix, et enfin plié du côté opposé du montant. Haas a écrit :

Les pieds étaient joints presque parallèlement, tous deux transfixiés par le même clou aux talons, les jambes adjacentes ; les genoux étaient doublés, le droit recouvrant le gauche ; le tronc était contorsionné ; les membres supérieurs étaient étendus, chacun poignardé par un clou dans l'avant-bras. L'étude du clou lui-même, et de la situation des os calcanéens entre la tête et le sommet de ce clou, montre que les pieds n'avaient pas été solidement attachés à la croix. Cette hypothèse nécessite l'ajout de la traditionnelle "sedecula" ... destinée à fournir une assise sûre pour les fesses de la victime, afin d'empêcher l'effondrement et de prolonger l'agonie. 


Haas a noté que la fracture du tibia droit était due à un "coup unique et puissant" - "La percussion, passant par les os du mollet droit déjà écrasés, a été un coup dur et tranchant pour les os gauches, attachés comme ils l'étaient à la croix de bois à arêtes vives."

Les dommages subis par le corps étaient tels que le clou ne pouvait être retiré, ce qui a nécessité l'amputation des pieds.

L'importance de cette découverte devrait être évidente, car elle ajoute des preuves archéologiques et médico-légales concrètes aux récits écrits sur la crucifixion romaine du premier siècle en Palestine.

Elle nous donne également un clou réel qui a été utilisé lors d'une crucifixion : un clou de charpentier en fer d'environ 16 centimètres de long avec quatre côtés. Cette découverte unique nous renseigne sur le type, la taille et la forme du clou.

 

Les reliques du Saint Clou


Le clou de Yehohanan fournit des preuves tangibles et, combiné à d'autres facteurs, permet d'éliminer certains clous. Par exemple, le clou de Notre-Dame n'est pas de la bonne taille, tandis que celui conservé à Trèves n'est pas assez ancien et est également trop court. D'autres clous conservés à Toul, Cologne et Essene ont de faibles prétentions à l'authenticité.

Il est important de noter qu'il ne s'agit pas forcément de "faux" mais plutôt de reliques partielles ou de troisième classe. Elles peuvent contenir des morceaux de vrais clous ou avoir été touchées par un vrai clou, et lorsque ce détail a été perdu pour l'histoire, elles sont devenues des " clous authentiques. " Le fait que certains de ces clous soient similaires au clou de Yehohanan est suggestif mais pas concluant.

Je pense que nous pouvons déterminer, cependant, que les clous de Rome, Sienne et Milan ont de bonnes raisons de prétendre être les clous récupérés par Helena.

 

Le clou de la Sainte-Croix (Rome)

 


Le premier lieu vers lequel nous devons nous tourner est la basilique de la Sainte-Croix de Jérusalem (Basilica di Santa Croce in Gerusalemme) à Rome, consacrée en 325 avec un sol comprenant de la terre de Terre Sainte. Le nom "à Jérusalem" ne fait donc pas référence à la Croix, mais à la Basilique elle-même, qui est "à Jérusalem" parce qu'elle repose sur la terre de Jérusalem. Selon la tradition, la basilique a été construite autour de la chapelle du palais personnel de Sainte-Hélène, elle-même construite sur l'ancien site d'un temple à Sol Invictus (le Soleil Invincible). Elle a été restaurée et agrandie à plusieurs reprises au cours des siècles. Une chapelle abrite diverses reliques de la crucifixion.

Le clou de la Sainte-Croix a une forme similaire à celle du clou de Yehohanan, mais, avec ses 11,5 cm, il est nettement plus court. Cela semble être dû au fait que la tête et la pointe d'origine se sont cassées. D'autres morceaux ont probablement été retirés au fil des ans comme reliques. Étant donné que certains clous qui prétendent être réels correspondent au clou de Sainte-Croix, il est fort possible que de la limaille ou des morceaux entiers de l'original aient été intégrés dans les répliques. Cela signifie que certains des nombreux clous peuvent encore prétendre être des reliques même s'ils comprennent d'autres matériaux, puisque dans les reliques, une partie représente le tout. Compte tenu de l'histoire ininterrompue de la basilique, de son lien avec Hélène, de sa taille et de sa forme actuelles, le clou de Sainte-Croix est le plus susceptible d'être authentique. En d'autres termes, si Hélène a effectivement trouvé les reliques de la crucifixion et est revenue avec elles à Rome, c'est ici qu'elles devraient se trouver, et elles semblent être de la bonne matière, forme et taille. En effet, la largeur du clou de Yehonanan et du clou de Sainte-Croix (0,9 cm) est presque identique.


L'église Sainte-Croix-de-Jérusalem à Rome possède d'autres reliques.



Les célèbres reliques, dont l'authenticité est contestée, sont maintenant conservées dans une chapelle (la Cappella delle Reliquie), construite en 1930 par l'architecte Florestano di Fausto.

Les reliques conservées à la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem, dans la chapelle des Saintes-Reliques comprennent :

Un grand fragment de la croix du bon larron;
Les os d'un index de saint Thomas, le doigt qu'il aurait placé dans les plaies du Christ ressuscité.
Un reliquaire contenant des petits morceaux : du pilier de la flagellation, du Saint-Sépulcre (tombeau du Christ) et de la crèche de Jésus
Deux épines de la couronne d'épines.
Trois fragments de la Vraie Croix
Un clou utilisé lors de la Crucifixion.
Un tiers du Titulus Crucis, découvert dans l'église en 1492. Le fragment montre le mot "Nazaréen" écrit en hébreu, en latin et en grec. C'est-à-dire le panneau pendu à la Croix du Christ.

Un morceau beaucoup plus grand de la Sainte-Croix a été transféré de Sainte-Croix-de-Jérusalem jusqu'à la basilique Saint-Pierre sur instruction du pape Urbain VIII au cours de l'année 1629. Elle est conservée près de la statue de sainte-Hélène, achevée en 1639 par Andrea Bolgi.

 

Le clou de Sienne

Il ne reste plus qu'à considérer les deux clous de Constantin. Ils ont été conservés pendant plusieurs siècles dans le trésor impérial byzantin. En 1354, l'un d'eux a été acheté par un marchand vénitien, qui a demandé l'avis du nonce apostolique à Constantinople. La confirmation vint de l'impératrice Irène Asanina, qui l'avait vendu après l'abdication de son mari, l'empereur Jean VI. Comme il était interdit de vendre des reliques, le clou fut cédé comme "don" à l'hôpital Santa Maria della Scala de Sienne. Il est arrivé à Sienne en procession en 1359, et la chapelle du Manto a été construite pour l'accueillir.

Est-elle authentique ? Là encore, la chaîne de possession est solide. Le clou lui-même est similaire en taille et en forme au clou de la Sainte-Croix et au clou de Yehohanan, et c'est tout ce que nous pouvons dire.

 

Le clou de la cathédrale Duomo de Milan

saint clou duomo



Dans la voûte qui surplombe le cœur de la cathédrale, une lumière rouge marque la position d’une niche où un clou de la croix du Christ est conservé depuis 1461. Ce clou, qui fut un temps gardé au sein de l’église médiévale Santa Maria Maggiore, a la forme d’un fer à cheval et fut trouvé par Sainte Hélène, qui l’offrit à son fils, l’Empereur Constantin. Il fut ensuite offert à Saint Ambroise et porté par San Carlo en procession durant la peste de 1576. Il est montré au public chaque 14 septembre. Pour ceci, l’évêque de Milan est soulevé par des poulies invisibles jusqu’à la niche où repose ce clou sacré dans une sorte de balcon décoré.

 

On dit que des clous ont été forgés pour former une bride et un casque pour Constantin. Au Ve siècle, Théodoret de Cyrus a écrit qu'il s'agissait d'un clou unique, coupé en deux, dont l'un était enfoncé dans le casque et l'autre fondu pour être transformé en bride.

Aujourd'hui, Milan et Carpentras revendiquent toutes deux la bride. La revendication de Milan est plus forte, car c'est là que l'empereur Théodose Ier est mort en 395, laissant son insigne impérial à saint Ambroise. Le morceau de métal tordu pourrait certainement être une pièce de la bride d'un cheval. Il a résidé sans interruption dans l'église de Sainte Thècle jusqu'en 1389, date à laquelle il a été déplacé en procession vers la cathédrale de Milan, où il est conservé aujourd'hui. Lorsqu'une peste frappa la ville en 1567, saint Charles Borromée se déplaça pieds nus dans la rue avec une croix et le reliquaire du clou. La fin de la peste a été attribuée à cet acte.

Pour célébrer cette délivrance, un ascenseur spécial, au toit peint en forme de nuage et orné d'anges, a été créé. Grâce à un ingénieux jeu de cordes et de poulies, la corbeille est élevée jusqu'à la voûte de la cathédrale, à 45 mètres de hauteur, où le reliquaire du clou est conservé la majeure partie de l'année. Chaque année depuis 400 ans, il est descendu lors du rite annuel du Nivola. Celui-ci avait lieu le 3 mai (fête de l'invention de la Sainte-Croix), jusqu'à ce que ce jour saint soit supprimé du calendrier. Il a désormais lieu le 14 septembre. Les locaux prétendent que Léonard a conçu l'ascenseur. Il ne l'a pas fait.

 

Le clou de la cathédrale de Monza


Conservée dans la cathédrale de Monza en Lombardie, la couronne de Fer de Lombardie est à la fois une relique et l'un des plus anciens insignes royaux d'Europe. Elle aurait, en effet, été forgée à partir d'un clou utilisé pour la crucifixion du Christ et donné à l'empereur Constantin par sa mère Hélène.

C’est surtout la fameuse Couronne de fer qui fait la fierté des lieux, cette couronne des rois Lombards, symbolisant leur puissance, du VIe au VIIIe siècle, à la fois relique et ancestral insigne royal.

Forgée à partir d’un clou utilisé pour la crucifixion du Christ, selon la légende, cette couronne de fer fait seulement 9 millimètres d’épaisseur, décorée de rectangles d’or, d’émaux et de pierres précieuses.

Offerte à la reine Théodelinde, reine des Lombards (590-627) par le pape Grégoire le Grand, cette même couronne aurait consacré Charlemagne quand celui-ci mit fin au règne lombard (774). Mais là, l’histoire et les historiens en restent à utiliser le conditionnel. Pratique conditionnel qui garantit la postérité, réconcilie les parties. Plus sûrement, ils ont été nombreux, à la suite des Lombards, rois italiens et allemands ceints de cette couronne. Otton Ier, empereur germanique (952), Conrad II, roi de Germanie et d’Italie (1026), Sigismond (1431), Charles Quint (1530)… Jusqu’à Napoléon, en 1805 qui, d’autorité, se consacra roi d’Italie à Milan, se plaçant lui-même sur la tête la fameuse couronne avant de prononcer la formule : « Dieu me la donne, gare à qui la touche. » Elle servit plus tard encore à Ferdinand Ier, en 1838, empereur d’Autriche, roi de Lombardie et de Vénétie, puis fut remise à Victor Emmanuel II, en 1859, roi de Sardaigne et d’Italie (en 1861).

 

Le Saint mors ou Saint clou de Carpentras

relique saint mors

 

Le Saint Mors ou Saint Clou est une relique du Christ, conservée dans la cathédrale Saint Siffrein de Carpentras.
Cet objet daterait du VIème siècle après Jésus-Christ.
Le "Saint Mors" de Constantin aurait été forgé avec un des clous de la Passion. Il l'aurait reçu de sa mère, sainte Hélène. La tradition rapporte que l'impératrice Hélène aurait fait fouiller l'emplacement du calvaire et ayant retrouvé les clous de la Passion du Christ, aurait fait forger avec l'un d'eux, un mors pour le cheval de son fils, l'empereur Constantin .
Cette relique fut conservée au trésor de l'église de Sainte Sophie de Constantinople jusqu'au pillage de la ville par les troupes de la 4ème croisade (1202-1204). Le mors disparaît ensuite. Il réapparaît pour la première fois en 1226, sur le sceau de l'évêque Isnard de Carpentras.
Il devint l'emblème de la ville en 1260. (Le mors est d'argent sur fond de gueules).
Il s'agit d'un mors romain du VIe siècle. Il est aujourd'hui exposé dans la chapelle du Saint Clou.

La relique de la cathédrale de Toul

Lorsqu’au Xème siècle, Saint Gérard, évêque de Toul, décide de bâtir sa cathédrale sur le lieu même de l’actuelle, il désire y présenter des reliques prestigieuses. Il se tourne vers son supérieur hiérarchique qui est l’archevêque de… Trèves et lui demande le clou ! Ce dernier refusant de céder son joyau, saint Gérard se serait mis à pleurer. A ce moment, par miracle, le bout du clou se serait fendu et l’évêque de Toul put en ramener la partie la plus noble, sa pointe. Une chose est sûre, la pointe du clou de Toul coïncide bien avec celui de Trêves !

La Cathédrale de Toul conserve une relique insigne d’un des saints Clous de la Passion. Lorsque l’évêque Henri de Ville (1408-1436) fit faire à grands frais un reliquaire pour y placer cette relique, une fête spéciale fut introduite dans la liturgie du diocèse en son honneur.

La relique est toujours précieusement conservée à Toul. La fête fut évidemment supprimée en 1954 comme beaucoup d’autres. Mais la Messe a été conservée comme Messe votive fixée au vendredi qui suit l’Octave de Pâques.

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.