La pas tout à fait incorruptible Sainte Bernadette de Lourdes-RELICS

La pas tout à fait incorruptible Sainte Bernadette de Lourdes

Le corps de Bernadette Soubirous, âgé de 130 ans et d'une beauté indéniable, est exposé dans un cercueil en cristal spécialement conçu à cet effet, dans une chapelle de l'abbaye où elle était religieuse. Son visage étrangement réaliste, vêtu d'une robe de religieuse, est l'une des illustrations les plus courantes des saints incorruptibles dont le corps ne se décompose jamais. Après sa mort, elle a été exhumée pas moins de trois fois et s'est avérée parfaitement intacte à chaque fois, ce qui rend étrange le fait que le beau visage et les mains si célèbres soient en fait faits de cire.

Sainte Bernadette a commencé sa vie relativement récemment, par rapport aux normes de sainteté, en grandissant dans la France de l'époque victorienne. Fille aînée d'une famille pauvre, elle a lutté contre la maladie toute sa vie.

Sa renommée a commencé à l'âge de 14 ans à Lourdes, avec une série d'apparitions d'une jeune femme prise pour la Vierge Marie, aujourd'hui connue sous le nom de Notre-Dame de Lourdes. L'apparition est apparue dix-huit fois, donnant de temps en temps à la jeune fille de petits encouragements et, surtout, lui indiquant la source des eaux de guérison. Bernadette a rapporté ses apparitions, et son apparence de jeune femme pieusement innocente, quelque peu simple - sans oublier son exceptionnelle beauté - a peut-être contribué à alimenter sa réputation et à encourager la répétition de ses récits.

L'apparition de Lourdes a demandé le sanctuaire qui a été construit à l'emplacement de la grotte, qui est aujourd'hui l'un des lieux de pèlerinage chrétiens les plus populaires. C'est aussi un lieu de guérisons miraculeuses, qui reçoit entre quatre et six millions de visiteurs par an. Les guérisons miraculeuses ont commencé du vivant de Bernadette et ont été attribuées à l'eau de source. Bien que plusieurs miracles se soient avérés être des guérisons de courte durée ou des canulars purs et simples, de nombreux autres ont été confirmés à l'époque, et les revendications se poursuivent à ce jour.

Bernadette elle-même s'est éloignée de Lourdes et a rejoint un couvent à Nevers, où elle a vécu le reste de sa vie. Elle est morte en 1879 de la tuberculose.

Dans le cadre du processus de canonisation, son corps a été exhumé à trois reprises, en 1909, 1919 et finalement en 1925, lorsqu'il a été transféré dans le cercueil de cristal. Son corps a été déclaré officiellement "incorrompu" par l'Église, mais il semble que les conditions d'obtention de ce terme aient été quelque peu laxistes. Selon les mots du médecin traitant en 1919 : "Le corps est pratiquement momifié, couvert de plaques de moisissure et d'une couche assez notable de sels, qui semblent être des sels de calcium. La peau a disparu à certains endroits, mais elle est encore présente sur la plupart des parties du corps."



Après que quelques côtes aient été retirées pour être envoyées à Rome en tant que reliques, il a été décidé que la "couleur noirâtre" de son visage pourrait être rebutante pour les pèlerins, et donc qu'un "masque de cire léger" était de mise. Son nouveau visage et ses nouvelles mains ont été conçus par Pierre Imans, un créateur de mannequins de mode à Paris.

Le corps est exposé à la chapelle Saint-Gidard des Sœurs de la Charité à Nevers. Les visiteurs doivent se rappeler qu'il s'agit d'une chapelle active et d'un lieu saint pour beaucoup.

Il convient de noter qu'après la première exhumation, 30 ans après sa mort, le corps était en grande partie intact. La mauvaise manipulation (involontaire) des religieuses qui ont lavé le corps a eu des conséquences négatives lors de la deuxième exhumation, dix ans plus tard. L'effet fut encore plus désastreux lors de la troisième et dernière exhumation, six ans plus tard. Si Bernadette avait été laissée tranquille, elle aurait peut-être été encore "incorrompue".

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.