Le Saint Prepuce-RELICS

Le Saint Prepuce

L'époque médiévale en Europe était marquée par une forte croyance au surnaturel et à l'occulte, ce qui a suscité un grand intérêt pour les reliques ayant un lien avec Jésus-Christ lui-même. Toutefois, il convient de souligner que Jésus est considéré comme une figure religieuse sans pareil et que ses reliques étaient donc d'une importance particulière pour les fidèles. Les objets que l'on croyait avoir été touchés ou utilisés par lui pendant sa vie étaient ainsi vénérés pour leur pouvoir miraculeux supposé, capable de guérir des maladies, d'offrir une protection et de garantir le salut éternel.

 



La vénération du prépuce de Jésus était considérée comme très sérieuse à l'époque, étant donné qu'il s'agissait d'une partie réelle du corps de Jésus-Christ, ce qui conduisait les fidèles religieux à tout faire pour le préserver. De plus, la croyance en l'existence de cette relique était renforcée par des mentions spécifiques dans la Bible, qui la désignaient comme étant la seule partie retirée du corps de Jésus pendant sa vie. La mention de l'ablation de son prépuce huit jours après sa naissance renforçait également la conviction que cette relique était authentique. En conséquence, la vénération du prépuce de Jésus était considérée comme une affaire très sérieuse et était l'objet d'une grande vénération par les croyants.

 

relique saint prepuce

 Reliquaire du Saint Prépuce sur Relics.es

 

La Bible, en particulier dans l'évangile de Luc, décrit la circoncision de Jésus-Christ. Selon Luc 2:21, "Au bout de huit jours, lorsque le temps de la circoncision fut accompli, il fut appelé Jésus, le nom donné par l'ange avant sa conception." Bien que la discussion sur le Saint Prépuce, reconnu par l'Église catholique romaine en 1900, puisse sembler blasphématoire, il a été lié à des vols et à des pertes de vie pendant sa transmission jusqu'à nos jours. En conséquence, l'étude du Saint Prépuce pourrait être très utile pour les chercheurs intéressés par l'histoire, malgré la controverse entourant cette relique.

 

L'importance des reliques


Les reliques étaient considérées comme des objets précieux, y compris des objets fabriqués par l'homme tels que des chaussures ou des capes, ainsi que des parties du corps de saints célèbres, telles que les mains, la tête ou même une dent. Les églises considéraient les reliques comme un moyen important de promouvoir leur présence et ont donc cherché à en obtenir davantage pour répondre à la demande croissante des fidèles. Plus une église possédait de reliques, plus elle était populaire et capable d'attirer des fidèles. Certaines églises et monastères ont même exposé différentes reliques de leur collection pour susciter l'intérêt et la popularité.

 

 

Cependant, la nature sacrée des reliques n'empêchait pas leur détention par des individus peu scrupuleux. En effet, le commerce de ces objets censés établir une connexion divine avec Dieu a souvent conduit à des activités malhonnêtes. Des vols et des fraudes au nom de la religion ont été de plus en plus courants. Malgré leur importance pour les fidèles, les reliques de l'Europe médiévale n'ont pas duré longtemps, car elles ont été pillées et dispersées lors de la quatrième croisade qui a conduit à la chute de Constantinople.


Les reliques qui ont été transportées en Europe occidentale après la conquête de Constantinople étaient directement liées à Jésus-Christ, telles que le lait maternel de Marie ou la Vraie Croix sur laquelle il est mort. Cependant, il existe de nombreuses incertitudes quant aux restes corporels de Jésus-Christ sur Terre. Les croyances religieuses courantes suggèrent que Jésus est monté au ciel avec son corps, ne laissant donc rien derrière lui. C'est pourquoi le débat sur l'importance du Saint Prépuce en tant que relique sacrée a une implication profonde dans l'histoire.

 

La circoncision de Jésus et l'histoire


La circoncision de Jésus a été un thème central dans l'art religieux à la fin du Moyen Âge et au début de la période moderne. Plusieurs œuvres d'art notables ont représenté la circoncision du Christ, telles que « La circoncision du Christ » de Friedrich Herlin de l'autel des « Douze Apôtres » en 1466, « Circoncision du Christ » de Francesco Bissolo dans la première moitié du XVIe siècle et « La circoncision du Christ » de Bartolomeo Biscaino au XVIIe siècle.

 

D'un autre côté, le Saint Prépuce n'était pas seulement représenté dans l'art religieux, il était également objet de revendications physiques. De nombreuses personnes et institutions prétendaient posséder l'authentique Saint Prépuce, ce qui suggérait sa capacité de se reproduire miraculeusement. Cette affirmation semblait absurde d'un point de vue scientifique, car il n'y avait aucune preuve tangible que l'un des fragments possédés était en fait une partie réelle du corps de Jésus.

Le principal obstacle à la recherche de la localisation du Saint Prépuce est le manque d'informations disponibles. Très peu d'auteurs et de chercheurs ont exploré le sujet, en particulier après que l'Église catholique romaine a publié un décret en 1900, qui mettait l'accent sur l'excommunication de toute personne qui parlait ou écrivait sur le prépuce de Jésus. Par conséquent, il est curieux de constater que ce qui était autrefois un artefact très vénéré est devenu tabou aux yeux des institutions religieuses.

Robert Palazzo explore l'histoire du Saint Prépuce à travers son article intitulé "La vénération du ou des prépuces sacrés de l'Enfant Jésus : une analyse documentaire". Dans cet article, il fournit des informations précieuses sur cette relique et son importance dans l'histoire du christianisme. Il fait notamment référence au "Premier Évangile de l'Enfant Jésus", un document écrit avant le VIe siècle, qui décrit la manière dont le prépuce a été conservé et la façon dont il a changé de propriétaire au fil des générations.

 

Premiers récits du Saint Prépuce


Le Saint Prépuce est un artefact ancien enveloppé de mystère, et les légendes qui l'entourent ont grandement contribué à sa réputation. La première histoire vérifiée de la circoncision de Jésus se trouve dans l'apocryphe «Évangile de l'enfance arabe». Selon cette histoire, Jésus a été circoncis le huitième jour après sa naissance dans une grotte, comme le veut la loi juive. Une vieille femme hébraïque aurait pris le prépuce et l'aurait conservé dans une boîte d'albâtre contenant de l'huile de nard ancienne. Cette femme, nommée Mary, aurait également mis en garde son fils, un pharmacien, contre la vente de la boîte d'albâtre contenant la pommade de nard, même pour une somme élevée. Ce récit est également intéressant car il établit un lien possible entre la mère de Jésus et la vieille femme hébraïque.

 

Le saint prépuce à travers l'histoire


Les premiers récits relatifs à la première relique du prépuce sont liés à l'impératrice byzantine Irène, qui aurait offert cette relique au roi Charlemagne des Francs. En 800 après JC, le roi Charlemagne aurait présenté cette relique sacrée au pape Léon III lors de sa couronnement en tant que premier empereur romain germanique. Certains récits racontent que le roi Charlemagne avait prétendu qu'un ange lui avait remis cette relique.

Après le sac de Rome par les protestants allemands en 1527, le Saint Prépuce a été volé de son lieu de repos où il était resté pendant de nombreux siècles. Avant cela, l'artefact avait été transféré dans différents endroits, tels que l'Angleterre, où il avait été envoyé à Catherine de Valois en 1421 pour lui porter chance dans son mariage avec Henry V.

Après la cérémonie où le roi Charlemagne a présenté le saint prépuce en cadeau au pape Léon III, une opportunité de gagner de l'argent s'est présentée et de nombreux prépuces rivaux ont commencé à apparaître dans différentes parties de l'Europe. Selon les preuves, près de 31 églises en Europe ont prétendu être propriétaires du saint prépuce à un moment donné pendant le Moyen Âge. Des églises notables telles que celles de Paris, Toulouse, Anvers, Compostelle et Bologne ont toutes affirmé posséder le prépuce de Jésus.

Toutes ces églises ont avancé la même histoire, affirmant que la mère Marie avait conservé le prépuce et l'avait ensuite donné à Marie-Madeleine, accompagné soit de la ficelle du nombril, soit du cordon ombilical. Toutefois, il n'y a pas de preuve concluante pour établir avec certitude que l'un de ces prépuces était bien celui de Jésus. Les récits sur les différentes reliques de prépuce découvertes à travers l'Europe s'appuient principalement sur des histoires et des légendes, et leur lien avec Jésus reste donc entouré de mystère.


Une Église réticente

 

Le Saint Prépuce est indéniablement un élément important de la culture chrétienne et de l'histoire religieuse, qui a joué un rôle crucial pour aider à comprendre Jésus en tant qu'incarnation de Dieu. Sa signification religieuse est principalement liée à la révélation du côté humain de Jésus-Christ, car l'événement de la circoncision a montré que Jésus saignait comme tout être humain. Ainsi, le Saint Prépuce est devenu un symbole de l'humanité de Jésus et de son sacrifice pour l'humanité.


Les affirmations croissantes de la possession de reliques sacrées de prépuce dans toute l'Europe ont transformé une situation sérieuse en une farce. De nombreuses églises ont commencé à faire des efforts pour obtenir une authentification valide pour leur artefact auprès des dirigeants de l'Église. Par exemple, les moines de San Giovanni in Laterano, à Rome, ont demandé au pape Innocent III de vérifier l'authenticité de leur artefact de prépuce au début du XIIe siècle. Toutefois, le pape a refusé de le faire, indiquant ainsi la présence de doutes quant à l'originalité des reliques de prépuce.

 

En contraste, les moines de Charroux ont fait une prétention audacieuse quant à l'authenticité de leur relique de prépuce. Ils ont affirmé que leur artefact a produit des gouttes de sang lors d'une cérémonie, ce qui a probablement contribué à la décision du Pape Clément VII de déclarer leur relique comme le véritable Saint Prépuce, pendant son pontificat de 1523 à 1534.

Cependant, les fluctuations de la revendication de la possession du Saint Prépuce ont conduit à la dérision et aux critiques. L'Église catholique a commencé à éviter de répondre aux questions sur l'authenticité des reliques de prépuce, et a même cessé de parler du sujet. L'Église a finalement interdit de parler ou d'écrire sur le Saint Prépuce en 1900.

 

Perdu dans l'Histoire ?


Alors que l'Église rejetait de plus en plus les reliques sacrées du prépuce, il était inévitable que cette idée finisse par disparaître de l'histoire. Le dernier endroit connu où le Saint Prépuce a été conservé était le village italien de Calcata, situé à 30 miles au nord de Rome. Selon les habitants, la relique était là depuis 1527 et les prêtres la sortaient pour des processions. Elle est restée là-bas jusqu'à sa mystérieuse disparition en 1983 d'une boîte à chaussures sous le lit du prêtre. Bien que probablement un vol, cet incident a marqué la fin de l'histoire médiévale du christianisme. Certaines personnes pensent que le Vatican pourrait être responsable de la disparition pour empêcher toute discussion sur les reliques du prépuce.

 

Saint Prepuce de Calcata avant sa disparition



La compréhension des origines du Saint Prépuce est compliquée par de nombreux récits historiques contradictoires. De l'évangile du 6ème siècle aux recherches modernes, une grande variété d'informations est disponible sur ce sujet. Malgré cela, il est crucial de comprendre la signification des reliques du prépuce, qui ont évolué au fil des ans en symboles de l'histoire chrétienne. La circoncision de Jésus joue également un rôle important dans l'établissement de la pratique culturelle de la circoncision. En fin de compte, la recherche du prépuce du Christ est tout aussi futile que la recherche de sa tête après son ascension au ciel il y a des années.

Retour au blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.